Lilian J.
... tinkerer since 1971

Rolleiflex Automat Comet


Restauration d'un Rolleiflex Automat un peu particulier...

J'apprécie beaucoup les TLR, ces appareils à deux lentilles; pour prendre une photo, on doit déplier le capuchon, faire

la mise au point sur le dépoli, puis prendre la photo, qui sera prise avec l'objectif du dessous.

C'est lent, cela oblige à la réflexion, l'image sur le dépoli est inversée... du zen en perspective !

Mais c'est un format carré, 6cm x 6cm, ainsi plus de souci portrait ou paysage, et une très bonne définition d'image !

Donc, après une enchère gagnante sur Ebay, j'ai eu le plaisir de pouvoir déballer ce chouette Rolleiflex (oui, encore un !) :

Daté du début des années 50, il a bien baroudé, la facade en est la meilleure preuve...

Mais c'est un Rolleiflex : qualitatif, construit avec soin, fait pour durer... que du top, il mérite largement l'effort !

Voyons la mollette de mise au point, qui est d'ailleurs bien dure (notez le sabot flash pas d'origine) :

la table de réglage :

en anglais, puisque cet Automat était prévu pour le marché US :

l'armement a l'air d'avoir bien bien servi :

cuirette un peu craquelée :

les lentilles des objectifs semblent pas mal du tout :

Il en est de même pour l'intérieur, tout est propre :

Bon, quel est le souci ? Eh bien tout est bloqué, la mise au point est dure, l'obturateur déclenche... ou pas,

le retardateur ne fonctionne pas, mise au point dure, dépoli sale...

Bref, tout est à nettoyer, dégraisser, remonter et lubrifier ! Au boulot !

Commençons par la platine porte-objectifs et l'obturateur :

les fils pour la connection du flash :

on enlève cette pièce pour sortir l'obturateur :

le voilà dehors pour être révisé :

Comme toujours chez Rollei, les focales ont été mesurées et notées :

ainsi, les deux objectifs étaient appairés, puis montés sur les platines :

 

Ici nous avons f = 68.5 pour le Tessar de prise de vue, et f = 74.6 pour l'Heidosmat de cadrage (pour du 75mm).

On peut logiquement conclure que 6.1 de différence focale était dans les tolérances admises par Rolleiflex...

Passons au reste de l'obturateur :

les lamelles :

l'anneau des lamelles, à démonter, repolir et remonter :

Après nettoyage à l'essence, l'obtu est testé, chronométré puis remonté sur sa platine :

De même pour le retardateur et les diverses tringleries.

Il est maintenant temps de passer à la remise en état des mécanismes de mise au point et de comptage :

panneau enlevé, on note les traces d'humidité sur la plaque de cuivre, en bas :

il faut donc tout démonter, nettoyer, lubrifier et régler :

 

c'est important si l'on souhaite retrouver un fonctionnement parfait.

Mécanisme Automat enlevé :

la platine est quasi vide :

on va pouvoir aussi nettoyer et renouveler ces anciennes graisses, sales et sèches :

de chaque côté, bien sûr :

puis vérifier jeu et mouvement des cames de mise au point :

nettoyer le miroir :

pareil pour la facade, et ses molettes de règlage :

Et finir de remonter l'ensemble de l'appareil, vérifier, etc. Je passe vite, car tout à déjà été décrit ici :

https://lilianj.com/article58/rolleiflex-automat-k4

Voilà, un remontage plus tard, il refonctionne enfin, tel que prévu par Rollei :

côtés remontés :

 

lentilles bien propres :

il est prêt, ne restent que les cuirettes à recoller et un film à charger !

Ce qui est fait :

côté armement :

côté mise au point :

la facade :

J'ai décidé de ne refaire aucune peinture pour le dehors, et de le laisser tel quel, pour conserver la trace des années...

 

Bon, très bien, mais alors, pourquoi Comet ?

 

Eh bien, ce Rolleiflex est probablement unique, grâce à ce petit levier, très discret :

juste au-dessus de la prise flash ronde, au bout de "Heidecke" :

pour le faire passer, la facade a dû être bien découpée :

Ce levier est en fait un déclencheur, il permet de prendre une photo sans utiliser le bouton normal... il est très sensible, et permet

la photo à main levée, bien en dessous du 1/50ème de seconde probablement.

Et surtout, il est très discret... très bien pour la photo de rue, car du coup je n'ai jamais de doigt sur le bouton déclencheur... puisque j'ai le levier de l'autre côté !

Mais, qui a bien pu faire cela ? Et bien, la réponse est ici :

juste sur l'étiquette :

dans le bon sens :

Comet Camera, Repair Shop Inc., Philadelphie ! On a même une date : 20 mai 1983 (un vendredi), et la mention "insert film" au bic...

J'ai cherché, mais il y a longtemps qu'ils ont fermé, et leurs techniciens sont alors partis de Philadelphie pour la Floride... ils ont formé

des techniciens, dont celui de ce magasin, semble t'il : http://www.authorizedcamerarepair.com/about

Bon, piste à suivre...

En tout cas, une caractéristique pas commune sur les Rolleiflex, parfaitement fonctionnelle, utile et discrète !

Toutes les raisons de la conserver, en fait... ce que je vais m'empresser de faire !

Il est quand même très sympa ce Rollei :

 

 

Mais le vrai test, c'est un film et des photos ! Les résultats sont ici !

Rédiger un commentaire

Les commentaires sont libres, et ouverts à tous/toutes. Néanmoins, les règles de politesse s'appliquent en ces lieux, cela va sans dire.
Ainsi, les commentaires malséants, haineux, racistes, trollesques... ne sont pas tolérés, et seront effaçés.

 

 

Quelle est la deuxième lettre du mot otwf ?

 

Fil RSS des commentaires de cet article