Lilian J.
... tinkerer since 1971

Stylomine 505


Restauration stylo plume : Stylomine 505 de 1955

Il y a quelque temps, j'ai chiné en ligne ce joli stylo-plume, ses lignes et son style rétro me plaisant beaucoup.

De plus, la marque "stylomine" ne n'était pas inconnue... forcément, on appelait ainsi les porte-mines en métal ! Je ne savais pas qu'ils avaient aussi fait des stylo-plume à levier.

Créé par Yves Zuber en 1921, Stylomine produit des porte-mines rotatifs, puis des stylo-plumes en ébonite à partir de 1925.

Stylomine innove, et invente le porte-mine qui avance la mine d'une simple pression (Stylomine Automatic).

En 1930, ils inventent la plume rentrante, et l'utilisent dans le 303.

En 1937, un nouveau système de remplissage est créé pour le 307 : il permet que le niveau d'encre soit visible grâce à une ampoule en verre.

Jusqu'aux années 60 la société lance de multiples gammes plus ou moins luxueuses afin de lutter contre le déclin (frappant aussi d'autres sociétés), et en 1955 lance le 505 : style "rétro", à levier (unique chez Stylomine), plume en or...

Hélas, rien n'y fait, et la société ferme au début des années 60.

L'histoire, plus complète, ici : http://web.archive.org/web/20081111115149/http://www.stylos-francais.fr/stylomine3.php

Quelque décennies plus tard, me voici donc dépositaire de ce petit morceau d'histoire française. Bien sûr, il n'est pas fonctionnel, le sac à encre est en morceaux : il en faut un neuf.

Heureusement, il m'en reste un d'une précédente restauration, et il est à la bonne taille !

Le principe est simple : on met le sac dans le corps du stylo jusqu'à lui faire toucher le fond. On pince juste au bord du corps.

On enlève 2-3mm, et on déduit encore la longeur du mamelon du conduit (là ou le sac sera collé). On coupe à cet endroit.

Cela permet au sac de ne pas toucher le fond (risque de déformation) et d'être bien placé sous la barre de compression.

Pour coller, j'utilise du Shellac (de la gomme-laque naturelle), à l'exclusion de tout autre chose. Donc exit super-glue et autres !

Le shellac se trouve chez The Pendragons (vintagepensacsandparts.com), par exemple.

Je met du shellac sur la section, j'enfile le sac dessus, effectue 1/4 de tour pour répartir le shellac, et 1 heure de séchage plus tard :

Le monsieur est prêt !

Bon, j'ai quand même bien laissé sécher un après-midi, puis talqué et revissé la section dans le corps :

Il est parfait ! Petite vue sur la plume en or 18 carats :

Alors, ne rêvons pas : ce n'est pas cette plume de qq grammes qui permettra d'acheter une sportive italienne rouge... l'or rend juste cette plume souple, et accessoirement jolie !

Hélas, elle gratte, la faute à un bec de la plume non aligné (photo de droite) :

C'est là que l'or est intéressant, il "suffit" de remettre en place ce bec en le tordant gentiment avec l'ongle (pas de pince, d'étau ou autre !!!).

Pas de secret : allez-y doucement, en augmentant UN PEU à chaque fois.

Un très bon guide ici : workshop_notes.pdf (sur le site de http://www.richardspens.com/)

Une bonne loupe (x10 ou x20) et une bonne lumière sont nécesssaires, mais cela se fait bien.

Bref, j'ai bien pris mon temps, en tordant très très très progressivement, et le bec s'est parfaitement remis en place :

Voilà, un nettoyage final de l'ensemble plume/sac monté, et il est prêt à être encré !

Le principe est simple : on met le levier à 90° du corps (à l'équerre), on trempe la plume dans l'encre.

Puis on replie le levier, en laissant la plume tremper. On attend 10 secondes que le sac aspire l'encre, et c'est fini ! On peut alors sortir la plume de l'encrier.

C'est parti :

encre Waterman, bleu sérénité

On pourrait alors essuyer la plume... et faire comme moi, se rendre compte qu'il va falloir améliorer son écriture !

Il est très agréable d'écrire avec une telle plume, car elle est douce, et surtout ce n'est pas un Bic : le but n'est pas de le faire passer au travers du cahier. Autrement dit, l'appui est très faible, la plume écrit toute seule sous son propre poids.

Quel soulagement, pas besoin de forcer !

Pour conclure, c'est un très bel exemple de savoir-faire français, j'en suis très content : il est très beau, doux, fin, et je m'en sers tous les jours afin de m'entraîner à mieux écrire !

Et là, il y a du taf... :)

2 commentaires

#1  Le Jean-Pierre Dupeux a écrit :

Bonjour! et félicitations, ça m'a rappelé ma joie quand j'ai déniché le même "oiseau" sur une brocante (j'ai passé mon brevet avec un 303 et mon bac avec un "super 303" que j'ai toujours !)

Répondre
#2  Le Lilian J. a écrit :

Bonjour,

Merci, c'est vrai que ce stylo assez rare est attachant, avec une plume fine, et très agréable à utiliser !
Je n'ai pas de 303, par contre j'utilise quotidiennement un Bayard 2000, plume plus épaisse, un régal aussi !

Au plaisir de vous lire :)

Répondre

Rédiger un commentaire

Les commentaires sont libres, et ouverts à tous/toutes. Néanmoins, les règles de politesse s'appliquent en ces lieux, cela va sans dire.
Ainsi, les commentaires malséants, haineux, racistes, trollesques... ne sont pas tolérés, et seront effaçés.

 

 

Quelle est la deuxième lettre du mot zniaq ?

 

Fil RSS des commentaires de cet article